Vanja Smiljanić, Skizze zu, Plant Rant: Mea Culpa on Chlorophyll Sling, 2020

Vanja Smiljanić, Installationsansicht, Plant Rant: Mea Culpa on Chlorophyll Sling, 2019

08.09.–27.09.2020

Vanja Smiljanic

Plant Rant: Mea Culpa on Chlorophyll Sling

Vernissage : 06.09.2020,

Plant Rant: Mea Culpa on Chlorophyll Sling fournit un espace pour la (re) création précognitive. On pourrait l'appeler un jardin. Ce que c'est. Un jardin simulé qui offre une variété de pratiques pour interpréter et lire le temps de manière spirographique. Tissé à l'intérieur, une multitude d’ histoires d'herboristerie, d'activisme et de traumatisme profond. Vous êtes cordialement invités à vous promener dans son multivers théologique et à goûter la douceur amère de ses fruits.
L'exposition de Vanja Smiljanić pour la Commune de Köln (Cologne – D) , sur laquelle son exposition à IKOB est basée, a été décrite par Agustina Androleti comme suivant :
"L'installation de Vanja Smiljanić, spécifiquement adaptée au site de Gemeinde Köln est un nouveau chapitre de son étude poétique sur les temporalités cycliques. En soumettant des matériaux - tapis, vinyle, images en mouvement, sons, gants - à des coupes picturales, Smiljanić offre non seulement des alternatives au traditionnel progrès du temps linéaire auquel nous aspirons encore à obéir; elle évoque aussi une partie de sa violence à travers des pratiques de récupération. Le traumatisme et la reconnaissance libèrent le côté plus vert de l'autonomisation, à la manière d'un jardin, où même la plante la plus innocente pourrait être un remède ou un poison, en fonction de son dosage et de sa combinaison. Établir des relations avec le passé à travers la mémoire d'agents opprimés crée des alliances. Les différentes espèces de l'installation de Smiljanić proposent une vue sur ce que les corps peuvent faire et ce qu'ils peuvent être amenés à faire, tissant ensemble de multiples histoires d'herboristerie et l'activisme. "

Plant Rant: Mea Culpa on Chlorophyll Sling regroupe trois œuvres composées d'éléments différents: un labyrinthe, une colonne douce, une installation vidéo, un arrangement sculptural et une tapisserie murale. Le chemin du labyrinthe serpente à traverse l'espace d'exposition, offrant aux visiteurs étape par étape un aperçu des multiples rôles des femmes et des plantes. Sur la colonne, la répétition des motifs comme séquence de mouvements pourrait évoquer le récit d'histoires gravées dans la pierre. Cependant, ils offrent une approche plus fluide grâce à la nature mobile des motifs textiles.