Presse

Téléchargez ici nos communiqués et dossiers de presse d'expositions actuelles, passées ou futures.

Pour plus d'infos et demandes de visuels en haute résolution:
Ingrid Mossoux | i.mossoux@ikob.be | +32 (0)87 56 01 10


Ressentiment – Cultures du désaccord

Le ressentiment est bien plus qu’un simple stéréotype, un cliché ou une représentation négative dont on ne ferait usage qu’au moment de diffamer ses adversaires politiques: les processus culturels liés au ressentiment sont bien plus subtils. 

En réalité, il s’agit là de phénomènes qui se développent dans l’ombre, nourris par une humiliation, une défaite ou un asservissement et qui structurent le rapport entre vainqueurs et perdants. Ce déséquilibre réel ou ressenti vis-à-vis de l’autre peut être expérimenté par l’individu, par un groupe, par une communauté linguistique ou religieuse, mais aussi par des nations tout entières.

Ce thème n’a jamais été autant d’actualité qu’aujourd’hui où l’autoritarisme et le nationalisme se propagent partout dans le monde.

L’exposition réunit 17 positions artistiques différentes, dont Awst & Walther, Dear Hunter, Elisabeth Gabriel & Daryoush Asgar, Andy Hope 1930, Tímea Anita Oravecz, Alina Schmuch et Franca Scholz, Gerold Tagwerker, Thomas Zipp.

Télécharger le dossier de presse en Format PDF


Dirk Dietrich Hennig: Jamais-vu – Jean Guillaume Ferrée

« Jamais-vu ». C’est sous ce titre que l’artiste allemand Dirk Dietrich Hennig présentera à partir du 10 août 2016 l’œuvre de Jean Guillaume Ferrée (1926-1974), injustement tombée dans l’oubli, dans le cadre d’une nouvelle exposition de l’ikob. Sans aucun doute, la redécouverte de cet artiste ayant évolué dans le contexte du mouvement fluxus et du nouveau réalisme ferait sensation parmi les historiens de l’art… si seulement cet artiste avait réellement existé. Dans les faits cependant, Ferrée est une invention de Hennig, qui a imaginé et composé tant l’œuvre que la biographie de l’artiste dans ses moindres détails. 

Si l’on en croit tout d’abord l’histoire rapportée par Hennig, Jean Guillaume Ferrée, originaire d’Alsace, aurait connu une certaine notoriété. Une amnésie rétrograde temporaire le contraindra à se soumettre à plusieurs reprises à des traitements psychiatriques entre 1962 et 1974. Le mystérieux décès de Ferrée en 1974 et l’indifférence de ses héritiers ont pourtant barré la route à la propagation de son œuvre. 

Cependant, les œuvres d’art que Hennig crée au nom de Ferrée depuis 2004 – et qui sont présentées dans l’expostition actuelle intitulée « Jamais-vu » – ne sont pas simple supercherie. Ils sont nourris d’une stratégie subtile mêlant faits historiques et thématiques narratives. Agissant ainsi, l’artiste Hennig remet astucieusement en question toute forme de certitude en matière d’histoire de l’art.

Forte de 65 objets, l’exposition proposée par l’ikob – Musée d’Art Contemporain à Eupen constitue, à ce jour, l’exposition individuelle la plus riche rassemblant des œuvres de Jean Guillaume Ferrée et de Dirk Dietrich Hennig. Elle est en outre la première exposition conçue et programmée par Frank-Thorsten Moll, directeur de l’ikob, depuis son entrée en fonction.

Télécharger le dossier de presse en Format PDF


ÜBERALL - Eric Peters

Le peintre Eric Peters vit et travaille à Aix-la-Chapelle (D). Son œuvre, d’une cohérence hors du commun, rencontre un large écho tant en Allemagne qu’au niveau international. Par ses toiles, Peters revisite inlassablement le mystère de la Création et sonde les différentes strates et superpositions inhérentes à la psyché humaine. Natures mortes, portraits, représentations animales et cosmologie – autant de thèmes de prédilection que l’artiste explore, jouant habilement de l’héritage artistique dont ils sont porteurs. Les compositions de ses débuts, obéissant à une structure circulaire, ont cédé la place à des œuvres opérant selon le principe de la superposition. Soumis à cette technique d’assemblage, les sujets choisis – animal mythologique ou portrait d’icônes, de Mao à Vladimir Poutine en passant par Joseph Beuys ou Margaret Thatcher – apparaissent comme légèrement déformés, provoquant un sentiment – voulu – d’inconfort chez le spectateur. Ce sentiment renvoie à l’extrême complexité spatiotemporelle qui caractérise notre époque et génère l’incertitude croissante dans laquelle nos sociétés évoluent. Peters oppose à cette incertitude la qualité de sa peinture : là où tout semble dilué, elle concentre ; là où la matière paraît dense, elle en desserre le maillage étroit. Baromètre de l’état de notre monde, les toiles de Peters nous confrontent à cette question inéluctable : de quelle manière sommes-nous disposés à percevoir l’image de ce monde que la peinture nous renvoie ?

Télécharger le dossier de presse


L´ikob a un nouveau directeur - Frank-Thorsten Moll

Frank-Thorsten Moll est nommé nouveau directeur de l’ ikob – Museum für Zeitgenössische Kunst (musée d’art contemporain) à Eupen, Communauté germanophone (DG), Belgique à partir du 1er mars 2016. Il quitte le Zeppelin Museum à Friedrichshafen en Allemagne après y avoir tenu la fonction de directeur artistique pendant plus de six ans.

Son départ du Lac de Constance n’est pas sans regrets, vu la diversité de ses missions et activités exercées ces dernières années. En décembre 2009, il a débuté au Zeppelin Museum comme responsable de la collection artistique municipale, des expositions temporaires et de l’archive Andreas Feininger.

Il y a commencé sa carrière avec le projet d’établir l’art contemporain comme partie évidente de la pratique muséale et en donnant de nouvelles impulsions à la collection existante. Il y est parvenu avec des projets comme l’exposition « Crash » de Michael Sailstorfer, avec « Wir sind alle Astronauten » (Nous sommes tous des astronautes), « Die Welt von Oben » (Le monde vu d’en haut), « Luftkunst » (Art aérien) et avec la coopération de jeunes galeries off-space. Ceci a permis d’attirer une série de jeunes artistes et théoriciens venant entre autre de Karlsruhe, de Stuttgart et de Zürich au Zeppelin Museum.

Frank-Thorsten Moll a présenté à Friedrichshafen d’importants protagonistes de l’histoire de la photographie dans les expositions monographiques de Ré Soupault et Anton Stankwoski. Cette initiative a contribué à positionner le Zeppelin Museum, jusque-là considéré comme musée de l’histoire aéronautique, comme musée d’art.

Avec Frank-Thorsten Moll, qui a initié plus de 30 projets et expositions au Zeppelin Museum et qui a travaillé auparavant à la kestnergesellschaft à Hanovre et à la HKW (Haus der Kulturen der Welt) à Berlin, l’ikob engage un directeur polyvalent avec de nombreux contacts dans le monde artistique.

A l’ikob, il a pu convaincre par des propositions thématiques et conceptuelles. Par ses idées et ses visions, Frank-Thorsten Moll veut perpétuer la réussite de l’ikob et continuer à en faire un lieu de réflexion sur les questions urgentes tant sociales qu’actuelles.

A partir du 1er mars 2016, le nouveau directeur entamera les discussions avec ses collaborateurs et le conseil d’administration afin d’élaborer globalement une vision pour l’ikob et il contactera ensuite les responsables du monde politique et des médias. Dans un deuxième temps, il développera un programme d’expositions lié à des noms d’artistes.

Les amis fidèles, les mécènes et les visiteurs de l ‘ikob ainsi que les acteurs du monde artistique belge et eurégional Meuse-Rhin et ceux qui ne connaissent pas encore l’ikob ont toutes les raisons de rester curieux. 

Télécharger le communiqué de presse



CATALYST - Marcel Berlanger | Adrien Lucca


Cycle d'expositions FIG. Marcel Berlanger


INTERsound



Prix de l'ikob


IN/VISIBLE


Synapsen - Isa Melsheimer