Miltos Manetas, 430 days in prison, 13.Juni 2020, 120x127 cm, 2020 © Miltos Manetas, courtesy: IKOB - Museum für Zeitgenössische Kunst

Miltos Manetas, #AssangePower portraits, verschiedene Maße, 2021 © Miltos Manetas, Courtesy: IKOB - Museum for Contemporary Art

02.02.–26.02.2021

Miltos Manetas

Assange Situation - Emergency

Le cas Julian Assange divise l’opinion. Pour les uns, le créateur de la plateforme « Wikileaks » est un héros qui aura largement contribué à nous faire voir le monde tel qu’il est vraiment – un monde pris en otage par une industrie de surveillance globale. Pour les autres, Assange est un espion, un expert en désinformation, somme toute un criminel qui a entrepris de déstabiliser les États-Unis pour le compte de puissances étrangères, divulguant des informations confidentielles au profit d’ennemi·es de la civilisation occidentale, mettant par-là en danger la vie de nombreuses personnes.
Pour l’artiste grec Miltos Manetas, au-delà des réflexions politiques et philosophiques qu’il suscite autour des questions des libertés, Assange est avant tout l’élément déclencheur de créations. Chaque jour qu’Assange passe en détention, l’artiste réalise une œuvre, toile, dessin ou collage, qu’il poste sur ses comptes Facebook et Instagram. C’est alors la première personne à réagir à ce post qui obtient l’œuvre, souvent un portrait d’Assange. Cet acte permet de maintenir une attention sur le sort de Julian Assange, mais aussi sur le débat autour des valeurs universelles que sont la justice et la liberté. Miltos Manetas s’attache à susciter la discussion avec les nouvelles et nouveaux propriétaires des œuvres, un échange qui fait partie intégrante du processus artistique.
Pour son exposition « Assange Situation – Emergency » à l’IKOB – Musée d’Art Contemporain, Miltos Manetas a réalisé 30 nouvelles toiles. Chaque jour, une visiteuse ou un visiteur pourra repartir du musée avec l’œuvre de son choix, suivant le principe « premier.e arrivé·e, premier·e servi·e ». Au terme de l’exposition, la dernière toile, 430 days in prison (2020), intègrera la collection de l’IKOB. L’exposition rétrécira ainsi chaque jour un peu plus, pour finalement disparaître entièrement. Par ce geste, l’artiste souhaite attirer l’attention sur le délitement du débat public. Dans le même temps, c’est l’image très médiatisée de Julian Assange, et avec elle son histoire encore en train de s’écrire, qui est déplacée dans la sphère privée de ces personnes qui, pour toutes sortes de raisons, auront choisi d’emporter chez elles une des œuvres.
Les nouvelles et nouveaux propriétaires seront invité·es à poster sur Facebook ou Instagram une photo de l’œuvre dans son nouvel environnement. Une rencontre sur Zoom sera par ailleurs organisée avec ces dernier·es, afin de discuter ensemble des thèmes de l’exposition. L’art devient ainsi déclencheur de discussions et incarne son potentiel comme acteur central de la société, en faveur des droits de l’homme, de la liberté de la presse et de la démocratie. Pour l’IKOB – Musée d’Art Contemporain, c’est une façon d’être à la hauteur de son rôle de provocateur de débats, et ce tout particulièrement en cette période où sont malmenées les valeurs démocratiques des libertés d’expression et d’opinion.

Pour plus d'informations visitez :
Miltos Manetas Instagram
Condizione Assange Instagram
Webseite